Actualités
A la Une

Industrie semencière au Bénin : une société nationale créée pour organiser le secteur

La Société béninoise de développement des semences végétales et plants a vu le jour, mercredi 24 janvier 2023. Elle a pour mission d’organiser l’industrie semencière au Bénin autour des différentes filières agricoles. Le Conseil des ministres a approuvé les statuts de cette structure qui vise la performance de l’agriculture béninoise.

LIRE AUSSI « Nous avons encore en production des variétés de semences de 5, 10 voire 20 ans »

Au Bénin, le système semencier est actuellement dominé par l’informel. De plus, les producteurs prélèvent directement des semences et plants sur le stock existant dans les champs. Ces méthodes d’approvisionnement pour la campagne agricole suivante présentent des limites. « Avec ce système, près de 80% des semences végétales sont utilisées dans les exploitations agricoles, ce qui impacte négativement le niveau des rendements », fait état le communiqué du Conseil des ministres.

Pour corriger le tir et accroitre le niveau de rendement agricole au Bénin, le gouvernement a décidé de la création de la Société béninoise de développement des semences végétales et plants. C’est un « système semencier formel » à travers lequel l’Etat, dans sa mission régalienne, veut assurer la qualité des semences et des plants. Il va alors garantir la « traçabilité nette » de ces semences « depuis la sélection jusqu’à la commercialisation, en passant notamment par la multiplication ».

Le Bénin vient ainsi de renforcer son dispositif semencier afin de gérer avec efficacité la production, l’agrégation, l’importation et la distribution des semences et plants. La bonne organisation de l’industrie semencière permettra de répondre aux besoins des producteurs en matériaux végétaux de qualité et d’améliorer leurs performances, qu’ils soient des filières vivrières, horticoles, fourragères, fruitières et forestières. Il s’agit à terme d’améliorer le taux d’utilisation des semences et plants certifiés. A noter, selon le compte rendu du Conseil des ministres, que les Organismes génétiquement modifiés (OGM) ne sont pas pris en compte.

Emmanuel M. LOCONON

LIRE AUSSI Finie la 3ème édition de la foire des semences paysannes

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité